CEFJ - Comité d'échanges Franco-Japonais CEFJ - Comité d'échanges Franco-Japonais
Un comité créé par
Browse Author by Aurelia Dejulliard
View Post

Une fanfare japonaise au Jardin d’Acclimatation

Le Jardin d’Acclimatation reste un lieu incontournable à Paris pour les petits et les grands et le Japon y a été mis plusieurs fois à l’honneur. Il recevra cette fois-ci en exclusivité la Fanfare de l’Ecole de Nishihara, venue tout droit d’Okinawa.

Elle se produira jeudi 4 août à 15h au Jardin d’Acclimatation à Paris (M° Ligne 1 – Les Sablons – Carrefour des Sablons – Bois de Boulogne – 75116 Paris) et à 17h sur les Champs-Elysées (75008 Paris).

NISHIHARA HIGH SCHOOL BAND EN DÉAMBULATION ET SUR LE MIROIR VERT

Vous aviez aimé les orchestres des universités américaines que nous vous avions proposés. Vous vous souvenez de cette fabuleuse formation norvégienne qui avait déambulé entre nos pelouses et nos bosquets. Le jardin vous propose de poursuivre cette découverte des fanfares internationales. Ils viennent du sud du Japon. Ils défilent dans un ordre impeccable. Ils ne font pas une fausse note. Ils osent les figures les plus complexes. « Ils », ce sont 63 musiciens, garçons et filles entre 15 et 18 ans réunis autour de leur cheffe d’orchestre, Wakana Yara, accompagnés d’une dizaine de danseurs, qui forment la fanfare de l’école Nishihara venue d’Okinawa. Leur formation a été primée dans de nombreux concours internationaux. Pour les entendre et les voir, c’est très simple : leur parade, tambour-major en tête, uniformes immaculés, s’élancera de l’Horloge Florale en passant devant la fontaine sèche et l’entrée Mahatma Gandhi, jusqu’au Miroir Vert face à la Fondation Louis Vuitton. C’est sur cette immense pelouse qu’ils effectueront l’exceptionnelle « danse des drapeaux » enchainant musiques et chorégraphies. Après Vienne, Londres et Bruxelles, ils sont là pour le public du Jardin d’Acclimatation. Ne les manquez surtout pas. C’est unique. Venez nombreux les applaudir !

En savoir plus

View Post

Mieux vivre en ville, le rapport est disponible !

Pour sa 5ème édition, le comité Mieux Vivre en Ville a mis en avant les initiatives de villes françaises et japonaises, en faveur de la réduction de l’empreinte carbone, en vue d’atteindre la neutralité à horizon 2050.

Le rapport reprenant l’ensemble de ces interventions a été publié en ligne.
Ce projet a été mis en oeuvre par notre membre Exprime Inc.

View Post

En salle : Tempura par Akiko Ohku

Depuis toujours, Mitsuko vit dans sa bulle. Au cœur d’un Tokyo trop grand pour elle, elle se consacre avec passion à des recettes de cuisine qu’elle peaufine de son petit appartement. En célibataire épanouie, elle se fixe chaque jour de nouveaux défis jusqu’à celui inédit… d’inviter un garçon à dîner !

Si le distributeur français a choisi de rebaptiser le film Tempura au lieu  de Watashi wo kuitometee qui signifie « Arrête Moi »  c’est parce qu’il donne souvent faim devant les bons plats que mange ou prépare Mitsuko. 

View Post

OG Motorsport participera au championnat du monde d’endurance de moto Suzuka 8 Hours

Le pilote de moto Cocoro Atsumi sous le drapeau de notre membre OG Motorsport, participera à cette compétition le dimanche 7 août 2022 dans l’équipe ‘S-PULSE DREAM RACING ITEC”.  Le circuit de Suzuka est une des rares pistes à proposer un tracé en 8 sur 5,821 km.

(Diffusion TV) FRANCE:
L’Equipe; gratuit
En direct: 7:00 – 12:50 (CET)
Eurosport2; payant
En direct: 4:15 – 13:00 (CET)

View Post

Décès de M. Sébastien Brunet, administrateur du CEFJ

C’est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris la disparition de M. Sébastien Brunet, Business Development and Strategic Partnerships chez GL events. Le CEFJ lui doit beaucoup car il nous a permis de réaliser de nombreuses activités : dîner de Gala 2019, des réunions des membres, des invitations à Sirah Salon et au Global Industries pour en citer quelques-unes. Il s’est toujours montré à l’écoute de nos démarches en faveur des échanges franco-japonais.  Toutes nos pensées sont pour lui et ses proches.

View Post

Découvrez les pailles en bois éco-responsables à Japan Expo 2022

AQURAHOME, constructeur japonais de maisons en bois, sera présent pour la première fois à Japan Expo,
événement incontournable pour tous les amoureux du Japon. Transformé en véritable kombini, ces fameuses
supérettes de quartier que l’on retrouve dans tout l’archipel, le stand du JETRO (Japan External Trade Organization)
accueillera un atelier où seront fabriquées nos pailles en bois éco-responsables.
Pendant toute la durée du salon, et pour la première fois en dehors du Japon, les visiteurs pourront découvrir
comment nos artisans rabotent extrêmement finement le bois grâce à la technique traditionnelle du kanna-kezuri.
Les plus curieux pourront même essayer par eux-mêmes !

Rendez-vous au Parc des Expositions de Paris-Nord
Villepinte du 14 au 17 juillet 2022 sur le stand du JETRO, Hall 5, stand L186.

Voir le reportage sur Aqura-Home (VJP)

View Post

La Tapisserie d’Aubusson sera exposée à la Japan Expo 2022

Démonstrations de tissage tous les jours sur le stand de la Cité internationale de la tapisserie (stand n°91 allée N Hall 5A)de 10h à 13h et de 14h à 18h. 
La conservatrice de la Cité, Alice Bernadac, tiendra une conférence le jeudi 14 juillet à 14h45 sur la scène Kuri. Cette rencontre entre un grand créateur japonais et un savoir-faire patrimonial de la France reconnu par l’UNESCO constitue un temps fort de coopération culturelle et artistique entre la France et le Japon. Il s’inscrit dans la volonté de la Cité internationale de la tapisserie d’installer à d’Aubusson un espace de rencontre artistique entre ces deux pays autour de la création de nouveaux univers textiles à vivre.

En savoir plus

Photo : cité internationale de la tapisserie

View Post

Incursions des GAFA dans le monde des jeux vidéo

Depuis mars 2022, Amazon rend accessible une centaine de jeux aux membres de son service Amazon Luna, pour 1270 yens par mois. La liste comprend des titres japonais célèbres de Capcom ou Sega. La plate forme permet de jouer sur toutes sortes d’interfaces, consoles et ordinateurs, mais aussi téléphones portables. C’est un pas de plus vers le gaming, depuis le rachat du site de diffusion de contenu en direct (streaming) Twitch en 2014.

Google s’implique également sur le marché du jeu vidéo avec sa plateforme de jeux à la demande Stadia, depuis 2019. Cependant, son entrée sur ce nouveau terrain a été brusquement refroidie en février 2021, lorsque le groupe a décidé de la fermeture de ses studios de création de jeux vidéos. Selon M. Hayashi, un expert interrogé par Tôyô Keizai, les entreprises d’informatique n’ont pas obtenu le succès escompté grâce au jeu à la demande.

Au contraire, certaines entreprises japonaises, telles que Nintendo ou Sony, tirent leur épingle du jeu, en proposant leurs titres les plus célèbres en exclusivité sur leurs propres consoles – respectivement la Switch ou la PlayStation.
Sony a créé son propre service de catalogue de jeux à la demande, PlayStation Plus. En mars 2018, celui ci comptait environ 34 millions de membres, et plus de 47 millions en mars 2022, soit une augmentation de 40 % en quatre ans.

Les utilisateurs semblent donc rejoindre telle plateforme plutôt qu’une autre, attirés par certains jeux ou consoles. Toutefois, du côté des développeurs, cette compétition pose des problèmes, car les exigences de qualité rendent les jeux de plus en plus complexes à créer. Les délais sont plus longs, les équipes plus fournies. Les bons profils sont recherchés et Capcom est ainsi reconnue pour ses salaires élevés.

Tout ceci conduit naturellement à une augmentation du prix des jeux vidéo. Sony et Nintendo, qui avaient d’abord fait leurs preuves sur leur propre terrain, ont pu par la suite créer des plateformes viables et populaires. Les entreprises d’informatique, venues tardivement et par le biais du jeu à la demande, n’ont pas rencontré le même succès, même après avoir tenté de lancer leurs propres titres.

Quoi qu’il en soit, Google et Amazon n’ont pas encore dit leur dernier mot. Le métavers s’invite dans le jeu vidéo, les diffusions de parties en direct se popularisent et les utilisateurs peuvent désormais créer leurs propres niveaux sur certains jeux : le domaine est en pleine expansion. Les géants de l’informatique peuvent encore revenir dans la partie, par exemple par l’acquisition de start-ups prometteuses.

Source : Tôyô Keizai (18/06, 74-76)
Abonnement annuel disponible : 50 € TTC pour les membres
Contactez-nous : adejulliard@cefj.org

View Post

La grave erreur de calcul de la Banque du Japon

L’Economist consacre son édition de la semaine à la chute du dollar, à travers des notions historiques et économiques. Au milieu de ce dossier, la professeure Noriko Hama, de l’université Doshisha, propose un article sur la banque du Japon (BoJ), l’assouplissement quantitatif et le yen.

Depuis sa nomination au poste de gouverneur de la banque du Japon, M. Haruhiko Kuroda s’est fait le chantre de l’assouplissement quantitatif à grande échelle. L’économie du pays en subit aujourd’hui les conséquences, les citoyens sont aux premières loges et leurs difficultés ne font que commencer.

Mme Hama ne mâche pas ses mots et dénonce un crime de la banque centrale vis-à-vis des Japonais. Elle compare la situation à celle de la bulle du Mississippi au 18ème siècle pour appuyer son propos. À l’époque, la banque royale avait soutenu financièrement la Compagnie du Mississippi, dans son projet de colonisation de cette région de l’Amérique. Le résultat avait été un échec monumental et le« premier krach boursier » de l’Histoire.
Dans les années 1920, l’Allemagne a connu une situation dramatique d’hyperinflation et la mauvaise gestion de sa banque centrale a contribué à l’empirer.
La banque du Japon elle-même a financé l’expansion de l’empire japonais avant-guerre et sa participation à la Seconde Guerre mondiale, par la production de bons du trésor. Après la défaite du pays, cette stratégie se retourna contre la population sous la forme d’une violente inflation.

Depuis les accords du Plaza en 1985 et la décennie perdue (entre 1991 et 2000), la situation économique et industrielle du Japon a beaucoup évolué. Les entreprises nationales ont délocalisé leur production, alors que le pays se repose de plus en plus sur l’importation. Mme Hama soupçonne M. Kuroda de ne pas réaliser que la donne a drastiquement changé.

Il faut cesser de considérer la faiblesse du yen comme une force du Japon, dans les institutions financières comme dans la population. La banque du Japon, aujourd’hui comme hier, est parfois considérée comme « une filiale du gouvernement ». L’experte craint que la communauté financière internationale ne finisse par tourner le dos au pays et à sa monnaie.

Source : Economist (21/06, 28-29)
Abonnement annuel disponible : 50 € TTC pour les membres
Contactez-nous : adejulliard@cefj.org

View Post

Véhicules électriques, le Japon contre-attaque

Cette année 2022 sera l’an 1 des véhicules électriques (EV) japonais, selon les mots de la vice-présidente de Nissan, Asako Hoshino, lors de la présentation de leur nouveau modèle de voiture légère (K-car) , Sakura. Elle cite également l’ambition japonaise d’atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050 parmi les changements historiques dont nous sommes les contemporains.


En ce qui concerne Sakura, elle sera commercialisée à 2,3 millions de yens. Après déduction de l’aide gouvernementale à l’achat d’un véhicule électrique, son prix revient à près de 1,8 million de yens. On peut aussi compter sur l’aide de la municipalité (450 000 yens à Tôkyô), pour atteindre environ 1,3 million de yens, le prix d’une K-car à moteur essence.


Le même jour, Mitsubishi a annoncé la commercialisation de sa voiture légère eK X EV (prononcer le X comme « cross »). Les deux entreprises, partenaires sur le développement de leurs EV, commenceront à vendre leurs véhicules à partir de l’été.

Près de 41 % des voitures possédées par des Japonais sont des K-cars. Parmi celles vendues en 2021, 37 % sont électriques. Le département de Kôchi, où 56 % des voitures sont des K-cars, est emblématique. À cause de son déclin démographique, les stations-essence avaient déjà commencé à se raréfier. Les sources d’énergies renouvelables (biomasse, solaire, éolienne…) ne manquent pas dans la région. Les voitures équipées de piles sont donc une opportunité pour les conducteurs de cette région de ne plus dépendre des sources d’énergie fossile, mises en péril par la situation internationale.

Toutefois, le Japon est encore timidement engagé sur cette voie. Parmi les ventes de nouveaux véhicules, 0,9 % d’entre eux étaient des EV sur l’archipel, tandis qu’en Chine, ils représentaient près de 16 %. Cela signifie que le marché local est presque totalement à découvrir et qu’il existe une grande marge de progression pour les constructeurs.

L’enjeu est également environnemental. Le gouvernement de M. Suga avait déclaré son ambition de neutralité carbone d’ici à 2050. Il avait souhaité qu’en 2030, 22 à 24 % de l’énergie soient issus de sources renouvelables. La tendance actuelle pousse ces chiffres de 36 à 38 %, afin de tenter d’enrayer le réchauffement climatique. Les véhicules électriques sont un défi supplémentaire pour le Japon.

Source : Economist (14/06, dossier principal 16-31)
Abonnement annuel disponible : 50 € TTC pour les membres
Contactez-nous : adejulliard@cefj.org