CEFJ - Comité d'échanges Franco-Japonais CEFJ - Comité d'échanges Franco-Japonais
により設立された委員会
Browse Author by Aurelia Dejulliard
View Post

La grave erreur de calcul de la Banque du Japon

L’Economist consacre son édition de la semaine à la chute du dollar, à travers des notions historiques et économiques. Au milieu de ce dossier, la professeure Noriko Hama, de l’université Doshisha, propose un article sur la banque du Japon (BoJ), l’assouplissement quantitatif et le yen.

Depuis sa nomination au poste de gouverneur de la banque du Japon, M. Haruhiko Kuroda s’est fait le chantre de l’assouplissement quantitatif à grande échelle. L’économie du pays en subit aujourd’hui les conséquences, les citoyens sont aux premières loges et leurs difficultés ne font que commencer.

Mme Hama ne mâche pas ses mots et dénonce un crime de la banque centrale vis-à-vis des Japonais. Elle compare la situation à celle de la bulle du Mississippi au 18ème siècle pour appuyer son propos. À l’époque, la banque royale avait soutenu financièrement la Compagnie du Mississippi, dans son projet de colonisation de cette région de l’Amérique. Le résultat avait été un échec monumental et le« premier krach boursier » de l’Histoire.
Dans les années 1920, l’Allemagne a connu une situation dramatique d’hyperinflation et la mauvaise gestion de sa banque centrale a contribué à l’empirer.
La banque du Japon elle-même a financé l’expansion de l’empire japonais avant-guerre et sa participation à la Seconde Guerre mondiale, par la production de bons du trésor. Après la défaite du pays, cette stratégie se retourna contre la population sous la forme d’une violente inflation.

Depuis les accords du Plaza en 1985 et la décennie perdue (entre 1991 et 2000), la situation économique et industrielle du Japon a beaucoup évolué. Les entreprises nationales ont délocalisé leur production, alors que le pays se repose de plus en plus sur l’importation. Mme Hama soupçonne M. Kuroda de ne pas réaliser que la donne a drastiquement changé.

Il faut cesser de considérer la faiblesse du yen comme une force du Japon, dans les institutions financières comme dans la population. La banque du Japon, aujourd’hui comme hier, est parfois considérée comme « une filiale du gouvernement ». L’experte craint que la communauté financière internationale ne finisse par tourner le dos au pays et à sa monnaie.

Source : Economist (21/06, 28-29)
Abonnement annuel disponible : 50 € TTC pour les membres
Contactez-nous : adejulliard@cefj.org

View Post

Véhicules électriques, le Japon contre-attaque

Cette année 2022 sera l’an 1 des véhicules électriques (EV) japonais, selon les mots de la vice-présidente de Nissan, Asako Hoshino, lors de la présentation de leur nouveau modèle de voiture légère (K-car) , Sakura. Elle cite également l’ambition japonaise d’atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050 parmi les changements historiques dont nous sommes les contemporains.


En ce qui concerne Sakura, elle sera commercialisée à 2,3 millions de yens. Après déduction de l’aide gouvernementale à l’achat d’un véhicule électrique, son prix revient à près de 1,8 million de yens. On peut aussi compter sur l’aide de la municipalité (450 000 yens à Tôkyô), pour atteindre environ 1,3 million de yens, le prix d’une K-car à moteur essence.


Le même jour, Mitsubishi a annoncé la commercialisation de sa voiture légère eK X EV (prononcer le X comme « cross »). Les deux entreprises, partenaires sur le développement de leurs EV, commenceront à vendre leurs véhicules à partir de l’été.

Près de 41 % des voitures possédées par des Japonais sont des K-cars. Parmi celles vendues en 2021, 37 % sont électriques. Le département de Kôchi, où 56 % des voitures sont des K-cars, est emblématique. À cause de son déclin démographique, les stations-essence avaient déjà commencé à se raréfier. Les sources d’énergies renouvelables (biomasse, solaire, éolienne…) ne manquent pas dans la région. Les voitures équipées de piles sont donc une opportunité pour les conducteurs de cette région de ne plus dépendre des sources d’énergie fossile, mises en péril par la situation internationale.

Toutefois, le Japon est encore timidement engagé sur cette voie. Parmi les ventes de nouveaux véhicules, 0,9 % d’entre eux étaient des EV sur l’archipel, tandis qu’en Chine, ils représentaient près de 16 %. Cela signifie que le marché local est presque totalement à découvrir et qu’il existe une grande marge de progression pour les constructeurs.

L’enjeu est également environnemental. Le gouvernement de M. Suga avait déclaré son ambition de neutralité carbone d’ici à 2050. Il avait souhaité qu’en 2030, 22 à 24 % de l’énergie soient issus de sources renouvelables. La tendance actuelle pousse ces chiffres de 36 à 38 %, afin de tenter d’enrayer le réchauffement climatique. Les véhicules électriques sont un défi supplémentaire pour le Japon.

Source : Economist (14/06, dossier principal 16-31)
Abonnement annuel disponible : 50 € TTC pour les membres
Contactez-nous : adejulliard@cefj.org

View Post

La danseuse malade de Kim Itoh

Kim Itoh est danseur, chorégraphe, directeur de la compagnie GERO. Il devient l’élève du danseur de butô Anzu Furukawa en 1987 et fonde sa compagnie Kim Itoh & The Glorious Future en 1995. Il remporte le prix du concours international de Bagnolet l’année suivante, un prix Shuji Terayama lors des Asahi Performing Arts Awards en 2002, le Yokohama Culture Award en 2008. 

Un homme tombe sur un livre dans l’appartement d’un autre. Il commence à le feuilleter et, peu à peu, est happé par son univers mystérieux. Lisant à haute voix, jouant avec les mots, mais aussi de sa guitare, il va se transformer en shaman. Ce processus est identique à la découverte du butô, il y a plusieurs dizaines d’années, par Kim Itoh qui, fasciné par cet ouvrage de Hijikata, devint danseur. Avec ce solo, il revit ce moment crucial de sa jeunesse.

Après avoir pratiqué la danse butô auprès d’Anzu Furukawa, Kim Itoh crée la compagnie Kim Itoh and the Glorious Future en 1995 et remporte le prix du Concours Bagnolet l’année suivante. Il monte des pièces inventives en confrontant le butô et la danse contemporaine  à d’autres formes d’art. 

En 2006, après avoir présenté Kinjiki à la Biennale de Lyon et au Tanzhaus à Düsseldorf, il s’éloigne du milieu du spectacle et fait le tour du monde. De retour au Japon, désireux de former des danseurs, il reforme sa compagnie. En 2015, il crée le collectif de performeurs Gero avec lequel il poursuit ses recherches sur l’expression corporelle et le son.

Maison de la Culture du japon à Paris (MCJP) :

Grande salle (niveau -3) 
Tarif 10 € / réduit,  adhérent Maison de la Culture du japon à Paris et Centre National de la Danse (CND): 5 €
Réservation  à partir du 22 avril (www.mcjp.fr)
Durée : 60 min en japonais  surtitré en français et anglais
Avec le CND, Centre National de la Danse

Pour plus d’informations

View Post

お問い合わせ Euro Japan Crossing: “Japanese Tea Selection Paris”

現在、弊社主催のパリ日本茶コンクール【Japanese Tea Selection Paris 2022】の協賛団体・企業を募っているのですが、

1口300€ (税抜)
※ 在日本企業様は、非課税となります。
在欧州企業様は、20%の消費税がかかります。

【特典のご案内】
① 弊コンクールのHPやニュースレターに貴社ロゴを掲載
② グランプリ授賞式に設置のロールアップに貴社ロゴを記載
③ グランプリ授賞式で貴社販促物(チラシ等)の配布が可能
※ グランプリ授賞式は、2023年1月に在仏日本大使公邸で開催予定
上記特典のうち、興味のあるもののみ選択することも可

【お問い合わせ】Email : info@ejcrossing.com

審査対象6部門 :

A : 煎茶普通蒸し

B : 煎茶深蒸し

C : 玉緑茶

D : 玉露、手揉み茶

E : 抹茶

F : フリー*

*ほうじ茶、玄米茶、フレーバーティー、ブレンドティー、微発酵茶など。
応募茶は日本国内で栽培、製造されたカメリアシネンシスのお茶に限ります。抹茶部門を除き、粉末形状のものの応募は受け付けられませんのでご注意下さい。

応募総数の33%以上が受賞。審査項目と配点は、味20点、香り14点、水色6点。日本茶インストラク
ター協会任命のパリ日本茶大使がコンクールを監修します。
※審査に関する詳細は、HPの審査規定をご確認下さい。

入賞特典

  • 各賞受賞者には賞状と国内外の販促にご利用頂ける商品貼付用の受賞ラベルデータ(日仏語)を送付いたします。
  • グランプリ受賞茶はパリ日本文化会館内のコンセプトストア(Takumi Flavours)、およびモナコで唯一の日本製品
    専門店(MONACO EMU SHOP SAKURA)での期間限定の販売権を獲得。(欧州での販売時に必要なEU農薬検査の実
    施費用は、生産者様のご負担となります。)
  • 金賞受賞者には在仏日本大使公邸で予定されている授賞式へご招待、グランプリ受賞者にはトロフィーも授与いた
    します。(渡航費に関わる費用は生産者様のご負担となります。)
  • 金賞以上の受賞茶は月刊誌「茶」に掲載予定
  • 日仏プレスへのリリース配信/HPにて受賞茶掲載

申込について

応募期間:2022年8月19日(金)まで出品料:1点につき9800円(税込)

コンクールHPの応募フォームから、または申込書をダウンロードし申込内容を記入の上、応募フォームよりご応募ください。

View Post

Japon Infos Nº47 : Des intérêts sociaux

Comme chaque mois, le sujet est traité par 3 articles de journalistes spécialistes et d’une infographie spéciale sur les différentes données du pays. À retrouver en dernière de couverture, le portrait de Kaori Itô, une danseuse japonaise. La double page photographique, vous emmènera en voyage à Yufuin, une ville théâtre de révolutions passées.

Sommaire :

  • Des intérêts sociaux
  • Le prolétariat : une classe sociale en pleine évolution
  • La gauche japonaise aujourd’hui, une vraie opposition ?
  • Les contestations de Yufuin
  • Le Japon s’installe en Occitanie
  • Ce que nous confions au vent
  • Yves Maniette – auteur du livre des kanjis dans la tête
  • Dans les pas de Toshio Suzuki, du studio Ghibli
  • Kaori Itô, au nom du père
View Post

Panneaux solaires pour tous à Tokyo

Objectif « zéro émission [de gaz à effet de serre] pour Tokyo en 2050 ». Pour faire de cette vision une réalité, le département de Tokyo souhaite imposer à toutes les nouvelles constructions d’immeubles et de maisons sur deux niveaux de se doter de panneaux solaires sur leur toit. Cette proposition de Mme Koike, gouverneure de Tokyo, n’en finit pas de faire parler depuis décembre dernier.

Un comité s’est réuni en mai pour discuter du projet et partager les différentes opinions reçues au cours des mois précédents. Les clients potentiels sont inquiets : ces nouvelles installations feront monter les prix, rendant plus difficile un achat. Que faire si un immeuble plus haut est construit à côté ? Qui va payer les frais de maintenance ?
Qu’en pensent les vendeurs de panneaux photovoltaïques ? Eux non plus ne se réjouissent pas de ce projet. Certes, la demande va doubler, mais les producteurs ne pourront pas suivre la cadence. Il est également de plus en plus ardu de se procurer les semi-conducteurs nécessaires à une telle demande. Quant aux constructeurs eux-mêmes, ils estiment que la décision serait certainement positive pour l’environnement, mais les obligerait à travailler à perte.

Le secteur de la construction au Japon est malmené depuis la pandémie par le « wood shock » : le bois de construction manque et ne peut être acheminé à cause de la crise des containers, tandis que la demande s’envole en Chine et aux États-Unis. Le bois et les semi-conducteurs se raréfiant, les prix des matériaux sont en hausse, d’où l’accueil froid réservé aux panneaux photovoltaïques, générant un coût supplémentaire.

Les responsables de l’administration de Tokyo arguent des avantages économiques pour les consommateurs : en dix ans, les économies réalisées sur les factures d’électricité pourraient être un argument de vente. Mais le prix estimé de l’installation des panneaux (920 000 yens) risque de se mettre en travers du chemin des acheteurs potentiels. Les fabricants ou les constructeurs pourraient prendre en charge une partie du coût, en sacrifiant leurs propres bénéfices.
Si la mesure est rendue obligatoire, cette dépense supplémentaire se répercutera sur le prix de vente, et les logements modestes deviendront inaccessibles.

D’après les données récoltées par le département, sur l’aire urbaine visée par le projet, 85 % des toits sont susceptibles d’être dotés de panneaux solaires. Selon les constructeurs, le projet n’a ni queue ni tête, mais s’ils sont forcés d’appliquer cette mesure, ce sont certainement les consommateurs qui en feront les frais… Et tout le secteur de la construction, par la même occasion.

Source : Diamond (04/06, 12-13)
Abonnement annuel disponible : 50 € TTC pour les membres
Contactez-nous : adejulliard@cefj.org

View Post

25年- ありがとう

25年間日仏経済ネットワークを支え、共に成長してきた立役者、会員企業、パートナー機関、そして新しい面々が揃い、5月は幕を閉じました。ご参加くださった皆様「ありがとう」。ブルス・ドゥ・コメルスという最高の場所で、ピノーコレクションに囲まれ、「原点に返り」ひと時を過ごすことができたのは大きな喜びでした。ケリング社と同社を囲む多彩な人々の貴重なご支援に心からのお礼をお伝えします。「ありがとう」。

ピノーコレクション現代美術館館長エマ・ラヴィーン氏。アート、ブルス・ドゥ・コメルスと地域を巡る情熱のこもった熱い発表に惹き込まれました。「ありがとう」。そして「無常」。司会の藤原淳氏もその著書「日本人らしさ」で語っているように、想定外のことが起こるのは世の常。しかし、その想定外に出くわすことにより、更に上に行こうとする創造力が高まるのでしょう。 アートサイト直島代表、福武總一郎氏と氏を囲むチームの団結力で、驚くべき速さで翌日ビデオが届きました。そこには、アートと自然・社会環境が、その地域―直島とその周辺―にもたらす改革で担う役割と氏の全ビジョが示されていました。心よりの感謝の気持ちを贈ります。そして両建築の共通点は、類稀な建築家、安藤忠雄氏の存在です。「ありがとう」。


このひと時を最高の交流の場所として演出した立役者の方々:シャンパ-ニュ・ロ-ラン・ペリエ、 エロカミ・プロダクション、フ-デックス、サントリ-、トヨタモ-タ-ヨ-ロッパ、獺祭、そして、ラルム・ドュ・ルバン(日本酒)。そして、忘れがたいこの瞬間を、更に輝く星々で照らしくれたシェフ・小林圭氏。心よりの感謝の言葉をお贈りします。「ありがとう」。


人と人との顔が見える「交流」を活動の中心に据え置いてきた25年間。このフィロソフィを大切にしていきます。今後も、異文化間のリスペクト、相手により近づき理解しようとする意志は、CEFJコミュニティの力となり続けるでしょう。

View Post

Matsuri Festival à la Cité Fertile

MATSURI, c’est un week-end de fêtes, pour les plus petits mais aussi les plus grands, sur le thème du Japon. Divisé en trois espaces, l’événement prévoit  de la musique, de la danse, du spectacle, des snacks typiques de l’archipel, ainsi que de nombreuses activités autour de l’éco-responsabilité et des arts nippons. L’espace OMISE accueillera une sélection de petits commerçants et d’artisans (Bijoux, décorations, accessoires en kimono…) et des stands de street food japonaise.

MATSURI c’est aussi l’espace SAKÉ STATIONa.k.a. LE nouveau salon incontournable sur les alcools japonais. De plus, un espace sera entièrement consacré à KURA MASTER, soit le plus grand concours de saké en France, qui vous présentera ses sakés et shochus primés de l’année. Légers, subtils et aux pluralités de saveurs, les nihonshu conviennent tout à fait aux nouvelles tendances de consommation, des millenials particulièrement: ce week-end a pour objectif de propulser pour de bon cette nouvelle tendance en France !

Le samedi soir de 20h jusqu’à 1h, les stands de Saké Station fermeront pour laisser place à la MATSURI NIGHT, soit une soirée dans une ambiance de folie entre musique pop électro et alcools japonais ! Le 2 et 3 juillet, l’événement avancera au rythme des différentes performances et activités prévus pour les visiteurs (Taïko, Shishimai, dance show…). Le 4 juillet aura une orientation plus professionnelle avec des conférences sur les alcools japonais et des ateliers accords-mets.

ENTRÉE LIBRE & GRATUITE ! *

*L’entrée sur MATSURI est gratuite, mais les espaces de dégustation SAKE STATION & KURA MASTER sont accessibles sur présentation du verre à dégustation vendu 12€ à l’entrée du festival. Comme pour les salons du vin, il sera aussi possible d’acheter des bouteilles d’alcool sur l’espace Saké Station.

SAMEDI 2,  DIMANCHE 3 & LUNDI 4 JUILLET

Samedi 12h – 01H
Dimanche 12h – 20h
Lundi 11h – 18h30

View Post

Softbank à l’assaut de la numérisation de l’agriculture

Quelles sont les applications recommandées par les agriculteurs participant à l’enquête menée par Diamond sur le secteur agroalimentaire ? Diamond leur a demandé de classer leurs outils préférés. Le sondage a lieu tous les ans, mais cette année, l’IoT (Internet of Things) a fait son entrée dans le secteur agricole, entraînant l’apparition de nouveaux acteurs sur le marché.

Sans surprise, Kubota est toujours en tête du classement, avec son système KSAS (Kubota Smart AgriSystem, prononcé « késsass »). Son produit-phare est sa moissonneuse pour riz « spéciale KSAS », dont le filet permet d’enregistrer les données de la récolte (poids, qualité du produit).
16 397 personnes utilisent le système, soit 48 % de plus que l’année dernière. Néanmoins, si Kubota est toujours premier, cette année l’entreprise a récolté moins de votes qu’au précédent sondage. Serait-ce dû à l’arrivée de nouveaux venus ?

Le deuxième outil le plus populaire est Porker, développé par Eco-Pork. Celui-ci joue un rôle dans la production, mais se sert également des données enregistrées pour permettre aux agriculteurs de réaliser de meilleures ventes.

Sur la dernière marche du podium se trouve Profinder Cloud, un outil de contrôle de l’environnement sous serre commercialisé par Seiwa. L’entreprise a lancé en février une plateforme de vente de produits agricoles B2B, « Blue Market ».

À égalité avec Profinder Cloud, le e-kakashi (épouvantail) de Softbank fait son entrée dans le classement pour la première fois cette année. Pour Diamond, cet outil pourrait changer la face du secteur agricole. L’exemple le plus frappant parmi sa clientèle est la société de chips Calbee, qui a vu sa production de pommes de terre multipliée par 1,2, voire par 1,6 sur certains terrains, après avoir utilisé l’outil. Après la destruction des champs de pommes de terre par des typhons en 2016 (le « potato shock »), cette culture était devenue préoccupante. Pour atténuer les problèmes de sécheresse, Calbee a fait appel à e-kakashi afin de gérer les systèmes d’irrigation. Le prix de la pomme de terre en a également bénéficié. Dans le département de Miyazaki, e-kakashi surveille la température de l’eau des rizières et détecte les insectes nuisibles aux cultures.
L’outil semble en passe de devenir incontournable dans le secteur de l’agroalimentaire.

Source : Diamond (28/05, dossier principal 31-33)
Abonnement annuel disponible : 50 € TTC pour les membres
Contactez-nous : adejulliard@cefj.org