CEFJ - Comité d'échanges Franco-Japonais CEFJ - Comité d'échanges Franco-Japonais
Un comité créé par
Browse Author by admin
View Post

Digital Disruption Lab -Présentation des écosystèmes numériques japonais et coréens

Olivier Midière, ambassadeur du MEDEF pour le numérique, fera la restitution de ses déplacements
au Japon et en Corée du Sud.

 

Pour en savoir plus sur les spécificités de ces écosystèmes et découvrir les opportunités qu’ils offrent :

Inscrivez-vous ici

Pour en savoir plus sur la mission

Accueil à partir de 14 h 30
MEDEF, 55, av. Bosquet – 75007 Paris
Bus (lignes 80 et 92) Bosquet-Grenelle
Métro (ligne 8) Ecole Militaire
Station vélib n°7021 – 37, avenue Bosquet

Contact : Pauline Fiquémont

View Post

JAL et Dassault Falcon Service coopèrent sur la mise en place d’un service de jets privés

Le « JAL FALCON Business Jet Service » sera opérationnel à compter du 1er mai 2017 et inclura le transfert des passagers entre le terminal JAL au T2E de Roissy Charles de Gaulle et la plateforme aéroportuaire de DFS basée au Bourget. La structure tarifaire sera fondée sur le type d’avion utilisé, les prestations commandées à bord et de la distance parcourue.

 

« Cette nouvelle offre premium permettra aux clients de JAL de bénéficier d’une offre en point à point vers des centaines de destinations non desservies par le réseau de la compagnie » précise M. Jean Kayanakis, Directeur Général de DFS. « Cette offre est adaptée pour les passagers Affaires ou Loisirs qui recherchent une flexibilité maximale, gain de temps et des interconnexions fluides et rapides, en particulier pour ceux qui doivent faire plusieurs escales ou rejoindre des lieux isolés ».

 

« Nous considérons les jets d’affaires comme un moyen de multiplier les options de voyage pour nos clients sans avoir à étendre notre réseau », a déclaré Yoshiharu Ueki, Président de JAL. « Les performances opérationnelles, la sécurité inégalée et la fiabilité des jets Falcon en font l’outil idéal. De plus, peu d’opérateurs ont acquis autant d’expérience que DFS avec la flotte Falcon ».

 

Les clients pourront compter sur une flotte de 9 Falcon dont 2 récents Falcon 7X tri-réacteurs à très long rayon d’action opérés par DFS. À moyen terme, le service pourrait être étendu aux Etats-Unis et à d’autres marchés de JAL.

View Post

Livre : Parution d’Au-delà / Entrée triomphale dans Port-Arthur de UCHIDA HYAKKEN

« J’ai comme l’impression que je ne mourrai pas de sitôt. »

En 1922, Uchida Hyakken publie sa première œuvre, Au-delà, un recueil de nouvelles qui révolutionne l’approche du fantastique. L’année suivante, le grand tremblement de terre de Tôkyô détruit la quasi-totalité des exemplaires existants. Hyakken se lance alors dans l’écriture d’une autre série sur le même principe. Onze ans plus tard, il achève Entrée triomphale dans Port-Arthur.

Histoires de femmes et histoires d’argent, sentiment de culpabilité et peur de la folie, le tout abordé avec un sens de l’humour et du pathétique qui fait de l’auteur l’égal de Kafka : chaque nouvelle, introduite in medias res, s’achève de même par un léger sursaut qui est rarement une véritable chute. On imagine plutôt le réveil en sueur du narrateur. Prises toutes ensemble, ces nouvelles composent une peinture des enfers.

À la fois bonhomme et intransigeant, Uchida Hyakken (1889-1971) fut le disciple de Natsume Sôseki et l’ami d’Akutagawa Ryûnosuke. Mishima le plaçait au tout premier rang : « S’il faut nommer un seul véritable stylisticien de la langue japonaise, le nom d’Uchida Hyakken s’impose. »

Broché : 24,90 euros

 

View Post

13 au 23 avril 2017 – Exposition de Mika Yamada / Jardins rêvés jardins brodés

Depuis 2015, elle vit et travaille dans un atelier parisien à proximité du Jardin des Plantes. Ses œuvres se basent sur la technique traditionnelle de la broderie japonaise, et associent une composition dynamique ainsi qu’une combinaison de couleurs originales. L’eau, l’écume et les mousses dessinés en fils de soie seront pré- sentés à la Galerie Hayasaki. Ses dernières expérimentations y seront aussi exposées : quelques œuvres brodées sur le washi (papier japonais). Dans le cadre de l’Exposition Kimono, l’atelier-conférence Fééries de fils de Mika Yamada aura le lieu au Musée national des arts asiatiques – Guimet.

View Post

Conférence : « L’innovation en marche »

DNP a relevé ce défi technologique en optimisant son savoir-faire dans la numérisation d’oeuvres d’art, pour réaliser des images d’une remarquable conformité avec les originaux jusque dans les moindres détails et garantir une grande fluidité et lisibilité de toute la surface zoomable. Une démonstration permettra d’apprécier l’extraordinaire qualité de ces restitutions numériques en 3D des globes de la BnF.

Deux intervenants de DNP aborderont aussi la question cruciale de la conservation et de la transmission du patrimoine culturel de l’humanité grâce au numérique.

Intervenants :Hiroshi Takanashi (DNP) et Miwa Masumoto (DNP Art Communications Co., Ltd).Grande salle (niveau -3)

—Entrée libre

En japonais avec traduction simultanée en français

Co-organisation MCJP

 

Plus d’informations

 

View Post

Exposition au Musée Guimet : Kimono, au bonheur des dames

L’exposition traite de l’évolution de ce vêtement et de ses accessoires et montre leurs réinterprétations dans la mode japonaise et française contemporaine.Porté à l’origine comme un vêtement de dessous par l’aristocratie, avant d’être adopté par la classe des samouraïs comme vêtement extérieur, le kimono est vite devenu un vêtement usuel pour toutes les classes de la population japonaise. Il faut attendre le milieu du 19e siècle pour le voir porter en France par les élégantes en tant que vêtement d’intérieur à une époque où le goût pour le « japonisme » se retrouve chez les créateurs de mode comme Paul Poiret (1879-1944) ou Madeleine Vionnet (1876-1975).

Aujourd’hui, de nombreux créateurs de mode japonais comme Kenzo Takada ou Yohji Yamamoto ou particulièrement Junko Koshino revendiquent son influence. De la même manière, Yves Saint Laurent, Jean Paul Gaultier, John Galliano ou Franck Sorbier, s’inspirent du Japon en réinterprétant les codes structurels du kimono, lui conférant une place de premier plan sur la scène artistique.

Œuvres particulièrement fragiles, les exceptionnels kimonos anciens de la maison Matsuzakaya seront intégralement remplacés en cours d’exposition, début avril.Avec le prêt exceptionnel de la collection Matsuzakaya.

Cette exposition a été organisée par le musée national des arts asiatiques – Guimet, la J.Front Retailing Archives Foundation Inc. et la Fondation du Japon.